Etre conducteur implique beaucoup de responsabilités que ce soit vis-à-vis de soi même, de notre assureur ou alors face à la société en général. Il faut donc les prendre très au sérieux sans pour autant négliger la connaissance et l’assimilation de ses droits les plus fondamentaux.

Les premiers pas débutent en quelques éléments simples qui nous permettront d’éviter les problèmes ; conserver son  véhicule en bon état et le faire examiner régulièrement, avoir tous ses papiers en règle et surtout à jour, mais aussi souscrire à un contrat d’assurance auto qui assurera la protection en responsabilité civile et la défense et recours en cas de litiges ou de mal ententes.

Le conducteur est cependant libre d’ajouter d’autres garanties qu’il estime nécessaire en ayant discuté avec sa compagnie d’assurance qui a pour rôle également d’orienter et de conseiller. Les garanties que le conducteur peut ajouter ne sont pas obligatoires, ils ont certes un prix mais en ayant vu leur nécessité, il est conseillé de les saisir et éviter de compromettre sa sécurité et son confort.

Eviter la résiliation !

Avant de s’intéresser aux étapes à accomplir après avoir été victime d’une assurance auto résiliée non paiement, ou à cause d’un autre motif, il faudrait tout d’abord avoir une attitude de prévention : mieux vaut prévenir que guérir ! Voici donc quelques conseils. Votre assureur peut vous résilier pour de nombreuses raisons comme par exemple en c as de non paiement des cotisations, il faut donc régler ses primes dans les délais fixés et prévoir le budget nécessaire avant de s’engager auprès d’une quelconque assurance, il vous faut par la même occasion de se renseigner des modalités d’assurance avant de  l’achat du véhicule choisi afin d’éviter toutes surprises. Il faudrait également faire preuve d’honnêteté et de bonne foi en remplissant le contrat d’assurance en veillant à ne pas divulguer de fausses informations ou d’en omettre certaines.

La résiliation abusive du contrat d’assurance auto

Il se peut que les clients les plus fidèles des assureurs soient atteints un jour d’une lettre de résiliation de leur compagnie d’assurance auto. Parfois, difficile à admettre pour les assurés, mais cette annulation de contrat est pourtant permise par la loi.

Légal pour l’assureur, abusif pour l’assuré

Tout comme les compagnies d’assurance auto peuvent abandonner leurs clients à échéance de leur contrat, l’assuré a le droit de résilier son contrat après un an d’accord. L’article L113-13 du Code des assurances en dicte la confirmation légale : « L’assuré a le droit de résilier le contrat à l’expiration d’un délai d’un an, en envoyant une lettre recommandée à l’assureur au moins deux mois avant la date d’échéance. Ce droit appartient, dans les mêmes conditions, à l’assureur. »

Stoppé son contrat avant d’être résilié

Retrouver une autre compagnie d’assurance représente un vrai chemin de guerrier pour les automobilistes résiliés. Les assureurs ont du mal en effet à avoir confiance en ces profils à risque et, lorsqu’ils sont d’accords pour les couvrir, ils leurs font payer très cher. Donc le moyen le plus sûr pour être à l’avance d’une telle situation reste d’anticiper.

Les automobilistes ayant accumulés plus de deux sinistres ont toutes les chances d’observer leur couverture d’assurance résiliée à échéance de leur contrat. Pour esquiver d’être fiché durant 5 ans à l’AGIRA (Association pour la gestion des informations sur le risque automobile), il est meilleur de faire jouer la compétitivité en souscrivant au plus vite une nouvelle police d’assurance. À partir de 2015, cette action est accessible par l’entrée en vigueur de la loi Hamon : il est maintenant possible de résilier un contrat auto à n’importe quel moment, mais après un an d’engagement.

D’autre part, les assurés peuvent chiffrer sur un accessoire important et efficace afin de rendre plus facile leur recherche d’un autre assureur : la comparaison d’assurance en ligne.

Cher conducteur, que devez-vous savoir sur l’assurance auto résilié ?
Notez cet article